Jack russell terrier par Mayo Land

Caractere des Mayo
Chiots
Disponible
Chez moi
Femelles
Males
Mes retraites
Generalites
Les autres
Champions
News
La cote d'opale
Fils de Comm'
A la télé
S'équiper
Génétique et santé
Activités
Livres
Contact

 

 

 

Les épreuves de travail

Aujourd’hui, pour votre parson jack russell, seules les épreuves basées sur le travail au renard ouvrent le championnat de travail. Pour devenir champion de travail, il doit avoir obtenu 3 C.A.C.T. dans trois terriers différents et un " Très Bon " en exposition dans une Spéciale du Club ; ces jugements de travail se faisant sous 4 juges différents. 

 

Le règlement de travail au terrier artificiel

(extraits). Approuvé par le comité de la S.C.C., le 11 octobre 1991.

Principes 

Le jack russell est avant tout un terrier de travail, d’utilisation pratique, étant donné son anatomie. Tout en restant très sociable, les épreuves au terrier doivent sélectionner des chiens équilibrés, intelligents, capables comme sous terre (sic), d’un travail efficace. A savoir :

bulletfaire sortir le renard du terrier
bulletou le maintenir au ferme sans défaillance (jusqu'à l’arrivée des déterreurs)
bulletou le prendre, la prise n’étant pas à rechercher systématiquement mais étant quelquefois indispensable pour le maintien au ferme.
Animal de chasse : exclusivement le renard

Il est prévu un renard pour trois chiens. Chaque renard, examiné par les juges avant l’épreuve, doit être en parfaite santé avec une dentition complète. Il doit être vacciné contre la rage.

Chaque concurrent tire au sort un renard avant l’épreuve ; il est prévu un renard supplémentaire en réserve. Les animaux en captivité sont manipulés et transportés à l’aide de boites en bois munies de trappes dont les dimensions sont adaptables au terrier artificiel.

 

Terrier

Dimensions : le terrier, utilisé dans les épreuves de travail pour les jack russell, doit mesurer " plus ou moins 50 mètres de long, 16 cm de large et 18 cm de hauteur. "

Les dimensions retenues pour les épreuves de jack russell sont différentes de celles des épreuves pour les fox. Elles sont par contre identiques au terrier des teckels. Les juges pour teckels sont agréés pour faire passer les épreuves de travail aux jack russell.

Description : " Une galerie d’entrée d’environ 6 mètres, avec un coude, conduit à une première maire ronde ou hexagonale d’environ 60 cm de diamètre. De cette maire partent deux galeries qui vont en se rejoignant à la deuxième maire former la première boucle d’un circuit grossièrement en forme de chiffre 8. L‘une de ces deux galeries comporte un rétrécissement sur 1 mètre qui réduit sa largeur à 12 cm et se poursuit par une descente, une partie plate et une remontée, d’environ 1 mètre de long chacune. La deuxième galerie est dite de contournement. De la deuxième maire part la deuxième boucle qui est moins longue et qui comporte 1 ou 2 maires servant d’accul, avec de façon facultative, une galerie d’un mètre pour la récupération du renard."

Sa construction : "Le terrier est formé de caissons de 50 cm de long, enterrés sur les 4/5 de leur hauteur, pouvant s’ouvrir partout facilement à l’aide de couvercles, mais bien clos afin que l’obscurité soit parfaite à l’intérieur. Le sol est formé de terre battue, sauf au niveau du trapèze de montée et de descente où le sol peut être bétonné. Au niveau de chaque maire, un dispositif de grilles coulissantes permet d’ouvrir ou de fermer toutes les galeries y arrivant (de 3 à 4). Chaque couvercle de caisson est muni d’un dispositif type fil électrique souple permettant de voir la progression et le passage du renard et du chien sans nuire à l’obscurité totale qui doit régner dans le terrier."


Un schéma du terrier artificiel utilisé pour l'entraînement et les concours de travail en France

Déroulement du concours

(L’épreuve de terrier vide est supprimée depuis 1992). " Un renard est introduit par l’entrée et immobilisé dans la maire n° 1 à l’aide de grilles. Puis, le chien est introduit par la même entrée et doit se porter le plus vite possible à la grille de la maire n°1 qui le sépare du renard et il doit alors l’aboyer de façon cadencée et soutenue. Le chien est éliminé s’il n’a pas donné de la voix au bout de 5 minutes. Des abois fermes et cadencés à la grille pendant une minute sont considérés comme suffisants pour commencer le travail. Celui-ci va durer 20 minutes et le temps est décompté dès les premiers abois.

Le renard est alors libéré de la maire n°1 par la levée de la grille qui conduit à la galerie qui comporte la descente et la montée. Dès qu’il atteint la maire n°2, le chien est libéré à son tour et la poursuite commence. L e jury se sera assuré, au préalable, de l’ouverture de toutes les grilles à l’exception de celles des acculs qui s’opposent à la fuite du renard. Une grande cage grillagée d’au moins 1 mètre 16X18 est placée à l’entrée du terrier et la grille levée. Elle permet l’entrée de la lumière. Après 10 minutes de poursuite, s’il n’y a pas d’accul spontané, de prise ou de saut forcé du renard dans la boîte d’entrée, la poursuite se continue dans la petite boucle, où est réalisé à l’aide des grilles un accul artificiel de préférence dans la même maire pour tous les chiens.

Jugements

Le jury attribue un qualificatif au chien en notant le travail qu’il a effectué :

bulletExcellent 125 à 150 points
bulletTrès bon 100 à 125 points
bulletBon 75 à100 points

Tous les chiens ayant obtenu 150 points se verront attribué le C.A.C.T. ( Certificat d’Aptitude de Conformité au Travail).

Méthode d’attribution des points : La note finale se calcule donc sur un total de 150 points.

bulletTravail à la grille sur 20 points maximum
bulletPoursuite sur 20 points maximum
bulletVoix sur 20 points maximum
bulletMaintien satisfaisant à l’accul )
bulletEt/ou prise ) sur 90 points maximum
bulletEt/ou saut )

Commentaires des jugements : Le maximum de 20 points pour le travail à la grille ne peut être attribué qu’à des abois spontanés, soutenus, puissants, persévérants et cadencés pendant 1 minute.

Le maximum de 20 points en poursuite ne peut être attribué qu’à une poursuite rapide, passionnée, énergique. Elle sera idéale si le chien chasse plus volontiers le droit que le contre autant qu’on puisse en juger.

La qualité et la puissance de la voix sont essentielles sous terre. Cette qualité et son coefficient maximum de 20 points doivent permettre de départager des chiens à travail égal.

Notation : pour l’attribution de cette note, le jury peut s’aider des 3 paramètres essentiels que sont la passion, la persévérance, le mordant en leur attribuant à chacun une note maximum de 30 points.Cette cotation est un outil de travail pour le jury. Elle peut servir à départager à travail égal deux chiens, mais sans perdre de vue que le maximum de points de 90 sera donné de la même façon qu’il s’agisse d’un travail d’accul, d’un travail de prise ou d’un travail de saut du renard.

 Pour obtenir 90 points sur un travail d’accul naturel ou provoqué, le chien doit maintenir le renard au ferme par des abois cadencés, soutenus et continuels. Il peut reculer sous les attaques du renard, mais en résistant, en reprenant vite l’avantage et en dominant le renard. Ce travail est essentiel au terrier naturel. Il permet la chasse et le déterrage.

Pour obtenir 90 points sur un travail de prise, le chien doit avoir au préalable maintenu le renard au ferme un temps suffisant. La prise ne se justifie pour un jack russell que sur une attaque du renard ou une contre-attaque du chien. Un chien trop mordant au terrier naturel interdit tout déterrage et sera vite blessé sur le blaireau. Il est d’autre part illusoire de penser qu’un jack russell puisse sortir un renard du terrier après la prise. Une prise sans abois soutenus n’est pas un bon travail. Dès qu’il y a prise, le jury attend 10 secondes et sépare très vite le chien et le renard. La meilleure prise est la gorge. Une prise de joue ou d’oreille est encore très bonne. La prise gueule dans gueule est douteuse et n’est pas recommandable.

Pour obtenir 90 points sur un travail de saut du renard à l’entrée du terrier dans la cage grillagée, le chien doit avoir au préalable maintenu le renard au ferme un temps suffisant. Le renard doit être obligé  de reculer et de " sauter " sur les attaques répétées du chien. S’il s’agit d’un renard fuyard, dominé, qui " saute " tout de suite sans travail suffisant au ferme du chien, il sera repris et remis au terrier afin de provoquer un accul artificiel qui permettra de juger valablement le chien.

Jury

Deux juges de la Société Centrale Canine sont obligatoirement présents.

bulletIl peut s’agir d’un juge qualifié avec un stagiaire ou un élève juge.
bulletUn ou plusieurs élèves juges faisant des assessorats ne sont pas autorisés à donner de notes mais ils peuvent participer aux délibérations du jury.
Réglementation
bulleta durée des épreuves est fixée à 20 minutes par chien.
bulletElle peut être raccourcie à 15 minutes par décision du jury.
bulletPour être validée, une épreuve de C.A.C.T. doit comporter au moins 5 chiens.
bulletLe nombre de chien admis par concours est fixé à 15.
bulletL’organisateur avec l’accord du jury peut dépasser légèrement ce chiffre exceptionnellement.
bulletLes épreuves ne sont pas publiques : elles se déroulent sur un terrain privé. Seuls sont admis sur le terrain les organisateurs, le jury, les conducteurs et propriétaires de chiens et les invités. Le terrier proprement dit n’est accessible qu’au jury, aux aides et au conducteur (qui reste à l’entrée du terrier). Pour ce faire, le terrier est enclos.
Engagements - admission
bulletSeuls sont admis au concours les parson jack russell terriers inscrits au Livre des Origines Français (L.O.F.), titre initial inclus, âgés d’au moins 12 mois révolus.
bulletLes chiennes en feu ne sont pas admises.
bulletTous les terriers doivent être en parfaite santé, sans signe de maladies contagieuses et vaccinés contre la rage.
bulletLe jury a tout pouvoir de récuser un chien blessé ou dont l’état de santé lui semble douteux.
Organisation
bulletLe club du Jack Russell Terrier, section travail du Club de l’Airedale et DiversTerriers est responsable de l’organisation des épreuves au terrier artificiel donnant droit à C.A.C.T.
bulletIl peut confier l’organisation des épreuves locales à ses délégations régionales ou à des membres correspondants.
bulletChaque terrier d’épreuve doit être agréé par le club.
bulletLe club du Jack Russell Terrier choisit le jury de l’épreuve.
bulletLes engagements se font à l’ordre du club du Jack Russell Terrier.
bulletLe club se réserve le droit, sans en avoir à justifier les raisons, de refuser l’inscription d’un candidat.

 

Règlement de travail au terrier naturel

(extraits)

" Après un entraînement progressif au terrier artificiel qui leur aura permis d’acquérir une première expérience, les chiens peuvent alors être mis au terrier naturel et devenir des collaborateurs indispensables pour la destruction des renards et des blaireaux, et des auxiliaires précieux pour cette chasse passionnante qu’est la chasse sous terre.

Des concours de déterrage aux terriers naturels pourront être organisés ; ils auront pour but de mettre en évidence, faire apprécier et reconnaître les qualités de chasse sous terre chez les chiens capables d’être utilisés pour le déterrage des renards et blaireaux.

Pour ces concours, les dispositions générales sont les mêmes que pour les concours du terrier artificiel ; néanmoins, étant donné que les concurrents auront déjà une certaine expérience par le fait de leur entraînement au terrier artificiel, il n’y aura qu’une classe, à savoir : la classe ouverte accessible à tous sans distinction d’âge et de sexe.

Pour que les concurrents soient placés autant que possible devant les mêmes difficultés, les organisateurs devront trouver pour ces concours une région où les terriers sont suffisamment nombreux pour y trouver dans un rayon rapproché deux ou trois terriers occupés de même importance et offrant des difficultés approximativement semblables - ainsi qu’un terrier antérieurement occupé - mais évacué peu avant le concours pour y faire effectuer aux concurrents une épreuve de recherche et d’exploration dans des conditions égales.

Première épreuve : terrier vide.
bulletEntrée spontanée

Recherche rapide

Après recherche sans succes, sortie animée pour l’inspection par une autre bouche qui serait meilleure.

Points faibles :

Entrée au terrier avec hésitation ou contrainte

Parcourir le terrier avec une évidente paresse (qui ne doit pas être confondue avec la prudence d’un bon fouisseur) , faire de nombreux détours inutiles, s’arrêter longuement sur place.

Donner de la voix à faux (un coup de gueule isolé, quelques gémissements d’énervement ne sont pas qualifiés de " donner de la voix " et ne peuvent être considérés comme faute).

N.B. : le conducteur peut reprendre son chien par une autre bouche, si le chien a bien effectué sa visite. Un chien qui se trouve gêné à l’intérieur pour passer et ressort, ne sera pas considéré comme étant en faute à condition qu’il cherche à rentrer par une autre bouche et effectue tout de même son parcours sans avoir été encouragé. Si le terrier utilisé pour le passage à vide est grand et comprend des compartiments distincts, chaque partie pourra être utilisée par un groupe distinct de chiens.

Deuxième épreuve : terrier habité

La durée de l’épreuve au terrier habité est constituée par cinq épreuves distinctes.

Le barême de points s’établit comme suit 

Recherche par le chien

5 points

Exploration - Prise de contact

10 points

Mise à l’accul

12 points

Résistances face aux attaques et tenue à l’accul

15 points

Voix et cadence

8 points

 

Recherche extérieure de la bouche la plus odorante

Le chien est placé à égale distance des bouches, un peu en retrait, si possible à contre-vent, afin que l’odeur lui soit plus facile à déceler. Cet endroit doit être le même pour tous les concurrents. En principe c’est le juge qui le choisit. Lâché, le chien doit rechercher lui même la bouche la plus odorante et y pénétrer. Au moment où il lâche son élève, le conducteur, sans quitter sa place, peut l’encourager par quelques claquements de la langue ou deux ou trois encouragements de la voix. Si le chien ne fait pas cette recherche seul, son conducteur peut le conduire à une entrée, mais il perd des points.

La durée de l’épreuve au terrier habité est fixée à trente minutes, mais ce délai peut être modifié en raison du nombre des concurrents.

Le chien qui aura été placé devant une ou plusieurs bouches et aura refusé d’entrer, sera retiré du concours.

Exploration et prise de contact

Le chien doit pénétrer franchement au terrier et sans contrainte, faire une recherche silencieuse, prudente mais sûre jusqu’au fauve. Il doit avertir de sa prise de contact par des abois énergiques ayant un ton menaçant pour inquiéter le fauve et, si nécessaire, le houspiller pour le forcer à fuir vers l’accul. Les abois doivent être en fonction de la résistance du fauve.

Poursuite et harcèlement jusqu'à l’accul

Le fauve décolle et se retire devant le chien. Celui-ci doit le poursuivre prudemment et en silence, mais à chaque arrêt du fauve, le chien doit reprendre le contact d’une voix énergique et le houspiller pour l’obliger à reprendre la fuite. Un chien qui aboie pendant la poursuite ne commet pas de faute si la poursuite est rapide et qu’il suit le fauve de très près. Les grognements sont admis, même dans une poursuite lente. La poursuite doit être serrée, le chien devant pousser le fauve dans le temps le plus court à l’accul. Si un chien est arrêté par un étranglement du terrier ou un autre obstacle et qu’après avoir gratté pour se faire un passage, sans succès, il ressort, pénètre de lui même, sans commandement, dans une autre galerie et reprend le contact, ce ne sera pas une faute. Le temps qu’il aura perdu ainsi devra être fait en double après son temps normal.

Résistances aux attaques du fauve et tenue à l’accul

Le chien ayant conduit le fauve à l’accul doit l’y maintenir par son attitude ferme en donnant de la voix réguliérement.Les abois doivent être cadencés. Le chien doit tenir le ferme assez près et résister aux charges du fauve, mais il doit éviter le combat corps à corps. Si le fauve cherche à creuser, le chien doit le houspiller pour l’obliger à faire face.

Timbre et cadence de voix

La voix doit être nette, sonore, distincte. La tonalité doit être différente selon les phases de la chasse. Régulière et cadencée quand le fauve essaie de se déplacer. Pendant la tenue à l’accul, il n’est pas nécessaire que les abois soient continus, quelques abois rapprochés à quelques secondes d’intervalle, à un rythme régulier sont préférables, car le chien se fatigue moins.

Points forts :

bulletChoix rapide de la bouche la plus odorante
bulletHarcèlement tenace du fauve
bulletRésistance vigoureuse aux attaques du fauve
bulletSpontanéité dans l’accomplissement du travail

Points faibles :

bulletEntrée hésitante au terrier
bulletRecul à la prise de contact
bulletManque d’énergie aux prises de contact
bulletLenteur de la poursuite
bulletReculs accentués aux charges du fauve
bulletRecul par lassitude ou devant la terre lancée par le fauve
bulletManque d’énergie dans le harcèlement ce qui permet au fauve de creuser
bulletEncouragements excessifs de la voix
bulletInterruption du contact et retour

Le coefficient de qualité et l’attribution des prix seront les mêmes que pour les concours au terrier artificiel. "

Réglement de l'épreuve de quête au bois et de broussaillage

Approuvé par le comité de la S.C.C., le 11 octobre 1991.

Objet

Elle permet de mettre en évidence les qualités des Fox terriers, Terriers d’Ecosse et Terriers divers pour faire sauter un gibier hors de l’enceinte après l’avoir trouvé et lancé.

Territoire

Cette épreuve ne peut avoir lieu que dans un territoire de chasse au bois ou de lande d’une superficie suffisante comportant une densité correcte de gibier ongulé. Il faut pouvoir donner deux chances au chien pour que l’on puisse vérifier l’aptitude ou la non aptitude du chien à examiner.

Les broussailles à lapin ne sauraient constituer un territoire valable pour une épreuve de quête au bois, ce qui implique que ces enceintes comporteront des taillis sous futaie dense, des fourrés, en général tout ce qui constitue des remises à gibier.

Cette épreuve pourra éventuellement se dérouler dans un enclos d’une superficie d’au moins 200 hectares où la densité du gibier peut être comparée à celle d’une chasse en milieu ouvert.

Déroulement de l’épreuve

Un président de jury, juge qualifié - un jeune stagiaire et deux élèves juges.

bulletLes juges se postent sur chacun des côtés. La superficie de l’enceinte sera d’un hectare minimum.
bulletLe conducteur attaquera l’enceinte sans y pénétrer de plus de 300 mètres environ, en compagnie de son chien ou le lâchera dans celle-ci sans y pénétrer, le choix lui en incombera. En aucun cas, le conducteur ne dvra appuyer son chien de la voix avant qu’un gibier ne soit lancé.

Les juges devront alors apprécier :

bulletLa persévérance du chien
bulletSa volonté de faire sauter l’animal de chasse qui ne sera pas confondu avec un animal qui se dérobe
bulletLa qualité de la voix du chien qui donne à vue sur la voie chaude de l’animal de chasse

Au cas où le chien n’aurait pris connaissance d’aucun gibier, l’enceinte sera donnée au deuxième chien, s’il ne trouve pas au troisième, chacun des chiens bénéficiant des mêmes conditions à savoir d’un quart d’heure. Si un gibier est lancé par le deuxième ou le troisième chien, le chien numéro 1 et le numéro 2 seront éliminés.

Le président du jury étant le seul à décider de déclarer la traque vide. Il sera alors décider de changer de traque et de redonner une chance au premier chien. Quand le chien aura trouvé une voie, il devra quêter avec persévérance sans le soutien de son conducteur ou d’un autre chien. Quand le chien aura lancé son animal, le conducteur pourra s’il le désire l’appuyer de la voix sans pour cela couvrir celle du chien qui devra faire sauter l’animal de chasse hors de l’enceinte en donnant à vue ou par moment sur la voie chaude du gibier. Si le chien ne revient pas à son conducteur dans le délai d’une demi-heure sans que l’absence en soit due aux circonstances de la chasse, ce dernier sera alors éliminé ; il sera également vérifié la sureté du chien aux coups de feu durant l’action de chasse. Suivant la qualité du travail, un coefficient de zéro à trois sera attribué.

Points forts

bulletLe chien devra être persévérant dans sa quête, en aucun cas le conducteur ne devra faire le travail à sa place.
bulletLe chien devra donner de la voix à vue ou bien sur voie chaude.
bulletLe chien devra sortir de la traque à l’endroit du débuché du gibier.
bulletTout chien ayant peur du coup de feu sera éliminé.

Tableau

Pour obtenir le sigle de chasse sur terre et broussaillage, le chien devra avoir obtenu une note de 120 à 150 points. La réussite de cette épreuve ouvre la classe Travail en exposition. Le signe T.T.B. sera alors porté sur le pédigrée. En annexe de l’épreuve individuelle, le club pourra organiser une épreuve par lot de trois à cinq chiens de même race et de même poil où il sera tenu compte du comportement du lot après le lancer. Le sigle T.T.B. ne peut être attribué dans l’épreuve par lot. "

ALLEZ VOIR ....

Le déterrage

Le saut de terrier

Autres chasses

 

 

Le Blog sur le Jack Russel est ici...Cliquez